Le décret en vigueur depuis le 11 décembre 2018 octroie un juteux contrat de 10 ans à la société African General Investisment (AGI) pour contrôler les flux téléphoniques en RDC. Mais combien devrait normalement coûter le contrôle des flux des SMS, appels et Internet ? Question pour le Ministre des PTNTIC et ses experts de pacotille qui pullulent dans les médias !

 

En effet, AGI devrait encaisser de 27 millions chaque mois soit 30% du chiffre d’affaires de tous les opérateurs télécoms réunis. Qui pis est, il va gagner 30% là où l’État ne perçoit que 3%. Tout calcule fait, au bout de 10 ans, le fameux « gendarme » de lutte contre la fraude aura empoché USD 276 millions soit 10 fois plus que le trésor public. Cette affaire profite donc à 85% à AGI qui ne présente aucune préférence en la matière. Ce, au détriment des consommateurs déjà assez pauvres. Est-ce que c’est vraiment au peuple de payer pour le contrôle?

 

Signalons que le ministre Emery Okundji a accordé ce contrat à AGI en violation de la procédure de passation des marchés. Un contrat léonin signé de manière opaque avant même la signature de l’arrêté que le justifie. La rapidité d’enrichir un individu a trahi la volonté de sacrifier le peuple pour des intérêts égoïstes. Ce qui a d’ailleurs conduit à sa suspension par le chef de l’État Félix Tshisekedi le 1er février dernier.

 

A ce stade du dossier, la décision du président de la République a été très bien accueilli par le peuple congolais et sa cote de popularité a pris un gain parce que personne avant lui n’a pu protéger le peuple contrat cette escroquerie économique. La victimisation de l’état n’est en réalité qu’une mise en scène visant à blanchir le diable.

 

La Rédaction

Merci de partager!!
Merci de partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *