Cruciale pour le développement de l’Afrique, les infrastructures ont considérablement progressé dans leur financement. Pour l’année 2018, le financement des infrastructures sur le continent a  atteint la barre de 100 milliards de dollars soit une hausse de 24%. C’est ce qui ressort du rapport  du Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA), la semaine dernière en Afrique du Sud à l’occasion de l’Africa Investment Forum.

 La coopération du continent avec la Chine a permis de booster ce financement, avec comme secteur  énergétique en tête des domaines prisés par les investissements. Il cumule un total de 43,8 milliards $, une montée mirobolante en surcroît de 67 % comparé à la moyenne  de la période entre 2015 et 2017. Le secteur de la technologie a également connu une hausse en atteignant  7,1 milliards de dollars.

Si certains secteurs gagnent du terrain, d’autres comme celui de l’eau et de l’assainissement stagnent et peinent à trouver de financement.

Entre 2016 et 2018 ce secteur important et comptant parmi les infrastructures de base  n’a réussi à mobiliser que 13 milliards de dollars en moyenne pour des besoins nécessitant quatre fois plus de financement.

Ce progrès, pourtant encourageant est d’être suffisant. Selon la Banque Africaine de Développement (BAD), l’Afrique a besoin d’un financement compris entre 130 et 170 milliards de dollars chaque année pour gommer son manque d’infrastructures et atteindre les objectifs définis par l’Union Africaine  pour l’horizon 2063.

 

 

Eddy Kazadi

Merci de partager!!
Merci de partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *